Vous êtes ici : Services > Professionnel

Débattre de la viticulture autour d’un café

Publié le : mercredi 7 juin 2017 |
Débattre de la viticulture autour d’un café
Café économique sur la viticulture | © Douane française
Le 2 juin 2017 se tenait à Paris un Café économique, l'occasion de débattre des nouveaux enjeux de la filière vitivinicole à l’heure du numérique.

 

Quoi de mieux pour échanger que de le faire autour d’un café ? C’est la raison pour laquelle le Ministère organise depuis plusieurs années les « Cafés économiques de Bercy ». Ces rencontres, qui s’adressent au plus grand nombre, sont l’occasion d’aborder des sujets tels que la création d’entreprise ou le numérique dans un format plus didactique.

Pour son Café économique du 5 juin dernier, c’est la viticulture qui était à l’honneur. La Douane française étant présente tout au long du cycle viticole, c’est tout naturellement que nous avons été associé à cette événement.

Comment accompagner les opérateurs et favoriser la compétitivité de la filière ? Comment concilier la préservation des savoirs-faire traditionnels avec l’innovation ? Quel est l’impact du numérique dans ce secteur ? Autant de questions qui permettent de saisir les nouveaux enjeux de la filière vitivinicole mais également les réponses déjà apportées par les différents acteurs.

 

Un secteur stratégique

La France est le 2nd producteur de vin après l’Italie avec 4,2 milliards de litres. Les exportations rapportent 8 milliards d’euros ce qui fait de la filière le 2nd secteur excédentaire de la balance commerciale. La vente est d’ailleurs en croissance régulière au niveau mondial. Cela représente 560 000 emplois directs et indirects (viticulteurs, interprofessions, négociants, cavistes, etc).

 

La Douane propose une véritable offre de service

Hélène Brial-Robin, responsable du département « Viticulture » a souligné l’implication de la Douane « présente tout au long du cycle viticole, ce qui est une spécificité française ». Aujourd’hui, l’accompagnement de la filière passe notamment par le développement des services en ligne pour offrir des simplifications. Aussi, Aurélie Arnaud, responsable de la fiscalité des accises a rappelé que « ces dernières années nous avons engagé un important effort de dématérialisation des procédures ». Et ce n’est pas la seule évolution qui touche le secteur même si elle est structurante. C’est la raison pour laquelle depuis octobre 2016, un Tour de France des Experts est allé à la rencontre des acteurs de la filière.

Pour l’occasion, notre directeur général, Rodolphe Gintz était également présent.

 

 

Savoir allier tradition et innovation

Le numérique a été, sans conteste, un des fils rouge des échanges. La France se distingue d’ailleurs de ses voisins par le dynamisme du mouvement WineTech. Ainsi, 200 des 500 startups dédiées au vin, bière et spiriteux en Europe sont françaises. Arthur Tutin, fondateur de la start-up TrocWine (plateforme d’échange de vin) a fait état d’une «réelle demande de numérique » par le secteur. Une demande à laquelle répondent des sociétés comme Vinosoft qui propose une solution web innovante pour la gestion des domaines. Par ailleurs, le financement reste le nerf de la guerre comme pour nombre d’entreprises. «La filière vitivinicole demande beaucoup d'investissements : le crowdfounding permet d'apporter des financement » témoigne J-C.Guérard, gérant de Fundovino, plateforme de financement participatif dédiée au monde du vin.

Enfin, Sophie Penavayre, chargée de mission Environnement, Développement Durable et Territoire, Institut Français de la Vigne et du Vin a fait une présentation autour de la valorisation des déchets vitivinicoles (marcs de raisins, lies de vin) . L’utilisation de ces ressources ouvre la voie à une nouvelle économie qui répond aux enjeux environnementaux actuels.

Régis Cornu, responsable des Contributions Indirectes a eu le plaisir de clôturer cette matinée d’échanges. Surveiller tout en facilitant la gestion, un équilibre indispensable pour garantir la compétitivité de la filière. 

 

Vous pouvez revivre cet événement sur les réseaux sociaux ! 

 

En savoir plus

 

 

Auteur : Bureau de l'information et de la communication, F/3 - Contributions indirectes

SOMMAIRE

Accéder au formulaire de demande de rappel